Samedi 08/09/18 Journée mondiale pour le climat Genève, Passy et Chamonix

Pour la journée mondiale pour le climat, mobilisez-vous avec vos proches !

Voir ce lien pour les rassemblements de la région (Chamonix, Genève, Passy) https://librinfo74.fr/samedi-8-septembre-la-journee-mondiale-pour-le-climat-sinvite-en-haute-savoie-pour-interpeler-les-elus/

Et pour ceux qui n’ont pas FB, voir les détails ci-dessous. A faire suivre !

 

par Coll’Air Pur pour PASSY

ORGANISATION⚠️

Déroulement de la Marche pour le climat :

➤ A 14 H : Départ officiel de la marche
👉🏻depuis Domancy : départ du parking de Kiabi, 828 chemin des Grandes Vernes.
👉🏻depuis Sallanches : départ du parking de la salle Léon Curral, 213 rue Albert Gruffat.

➤ A PARTIR DE 15 H : Arrivée à la plage du lac de Passy.
👉🏻Possibilité de continuer à faire des tours de lac jusqu’à 16h (on comptabilise les « kms pour le climat »👣👣👣).

👉🏻En parallèle, pour ceux qui ne peuvent ou ne souhaitent pas marcher sur les itinéraires proposés à partir de Domancy et de Sallanches, ils pourront rejoindre la Marche autour du lac à 15h et y faire des tours en vélo🚴🏻‍♀️🚴🏻‍♂️, poussettes👶🏻 ou à pieds👣 ou encore se rendre au stand de fabrication de moulins à vent🌬 en papier (pour la photo de groupe📷) .

➤ 16 H : Rassemblement général🗣👥👥 pour le moment fort de la journée, où nous prévoyons un ✨événement✨avec tous les participants ! (découverte à ce moment-là!😉). Puis, goûter convivial jusqu’à 17h et plus! Donc, amenez vos boissons et mets sucrés ou salés 😋.

💥ALLONS ENFANTS DE LA PLANÈTE, MARCHONS ENSEMBLE!💥
👉🏻Munissez- vous de vos plus belles pancartes, banderoles, Tshirts, slogans : de la contestation à la solution , en passant par l’humour ou la colère, exprimez- vous ( en restant respectueux bien sûr!).🤗

❗️Faisons de cette marche citoyenne et apolitique un moment fort de notre histoire afin de défendre le climat et la justice environnementale ❗️

‼️ON COMPTE SUR VOUS! MOTIVEZ LES FOULES, VOUS AVEZ ENCORE 2 JOURS‼️

A samedi!👋🏼

Publications par Save the Biodiversity & Climate qui a ajouté un évènement pour CHAMONIX

3 septembre, 14:47 ·

« Est-ce que j’ai une société structurée qui descend dans la rue pour défendre la biodiversité […], est-ce que j’ai une union nationale sur un enjeu qui concerne l’avenir de l’humanité et de nos propres enfants ? » Nicolas Hulot, France Inter, mardi 28 août 2018.

L’appel est lancé ! Face aux lobbies et à un modèle économique qui détruit le climat et la biodiversité, réunissons-nous pour montrer que la réponse est OUI !

A Chamonix, nous sommes doublement légitimes dans cet engagement :
Nous sommes quotidiennement confrontés au réchauffement climatique (glaciers qui fondent de montagnes qui s’écroulent)
Nicolas Hulot a toujours été impliqué dans les enjeux environnementaux de la vallée de Chamonix Mont-Blanc, et son départ est un catalyseur d’énergies

Réunissons-nous pour faire entendre nos voix auprès du gouvernement, et leur rappeler que nous sommes engagés par tous ces enjeux environnementaux.

Rassemblons-nous place Balmat à Chamonix le 8 septembre à 14h pour une marche vers le bois du Bouchet. L’objectif de cette mobilisation citoyenne est d’interpeller nos dirigeants face à l’urgence absolue de protéger notre planète.

Cette marche est un élan d’espoir

Nous sommes prêt.e.s. Et vous ?

DEROULÉ DE LA JOURNÉE :

14H : RDV Place Balmat à côté de la statue
14h15 : Prises de parole
14h45 : Début de la marche vers la piste d’atterissage des deltaplanes dans le bois du Bouchet
16H : Fin – Retour Place Balmat

Venez nombreux 🙂 !

A GENEVE :

16 août, 22:57

Le 8 septembre des milliers de rassemblements pour le climat auront lieu partout dans le monde. A Genève, nous nous réunirons dès 16 heures, 40 rue du marché (à côté de la place du Molard), pour une table ronde citoyenne sur le climat. Venez nombreux !
https://actionnetwork.org/events/rise-for-climate-geneva

 

L’UNESCO pour le Mont-Blanc : l’association proMONT-BLANC toujours plus déterminée !

Ce lundi 11 juin 2018 à Chamonix les membres de proMONT-BLANC se sont réunis pour l’assemblée générale.

Certains participants ont suivi la séance tout en veillant aux préparatifs de la Conférence sur l’avenir des hautes montagnes du monde  : cet événement mondial, pour sa 4e édition, se tiendra du 12 au 14 juin au Majestic à Chamonix. Mercredi 13 juin à 20 h un grand débat sera ouvert à tous avec pour thématique : « Mont Blanc et UNESCO : construisons ensemble l’avenir du massif ». 

Pour le 27e bilan de ses activités, proMONT-BLANC s’est réjoui de la mise en route du dossier pour la candidature UNESCO par les élus des trois pays du massif. Toutefois le collectif regrette que cet engagement ne soit pas suivi d’actions marquées et concrètes. Les travaux préparatoires en cours avancent mais très lentement et sans l’intégration tous les acteurs notamment la population et les entreprises.

De nombreux jeunes ont rejoint proMONT-BLANC au cours de cette AG.
Ils participeront pour la 2e année à l’opération d’Alparc « Jeunes au sommet » avec des enfants du Foyer des Houches (12 et 13 juillet). Ces « ambassadeurs » souhaitent aider proMONT-BLANC dans ses réflexions et travaux pour la candidature UNESCO.

Les tâches pour 2018-19, en partie aux côtés des élus, seront multiples :  le choix du type de candidature, la mise en route d’un Comité de pilotage, l’élaboration d’un Plan de gestion, le relais auprès des autres associations et des habitants…

www.sustainable-summits2018.org

Pour un petit diapo : cliquez sur une vignette

 

 

Soirée publique « Mont Blanc et UNESCO : construisons ensemble l’avenir du massif 13 juin 2018 Chamonix

Dans le cadre de la 4e  Sustainable Summits Conference qui rassemble 250 participants de 16 nationalités différentes pour réfléchir aux meilleures solutions pour l’avenir des hautes montagnes du monde, une soirée publique est proposée autour du thème « Mont Blanc et UNESCO : construisons ensemble l’avenir du massif !».

Organisé par Mountain Wilderness en partenariat avec proMONT-BLANC, WWF et Espace Mont Blanc, ce débat permettra de porter une attention particulière au Massif du Mont Blanc et à la démarche transfrontalière (France, Italie, Suisse) de candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Élus, experts, représentants du monde associatif et économique présenteront leur vision de ce processus et ce qu’ils en attendent pour ensuite échanger avec la salle pour en évaluer les conséquences dans les d

omaines du tourisme, de l’aménagement, de la préservation de l’environnement ou de la vie quotidienne.

Nous avons le plaisir de vous inviter à cette soirée/débat animée par le journaliste François Carrel le mercredi 13 juin 2018 à 20 h dans la grande salle du centre de congrès «Le Majestic».

Sont attendus, entre autres, les éclairages de Bernard Debarbieux, professeur de géographie culturelle et politique, Emmanuel Estoppey, président du World Heritage Experience Switzerland, directeur du site UNESCO des vignobles de Lavaux, Pierre-François Toulze, expert en candidature UNESCO et les témoignages des élus, Eric Fournier, Vice-Président français de l’Espace Mont Blanc et Stefano Miserocchi, Syndic de Courmayeur.

AG proMB 11 juin 2018 à Chamonix

L’assemblée générale de proMONT-BLANC se tiendra le lundi 11 juin 2018 à Chamonix de 14h30 à 16h30 environ (Impasse du Genepy).

Les avancées du dossier UNESCO seront largement abordées. 

Cette séance se tiendra juste avant l’ouverture de la Conférence sur l’avenir des hautes montagnes du monde. Découvrez sur le site un programme passionnant.

Notez ausi ce RV : mercredi 13 juin de 20h00 à 22h00 : Débat ouvert au public au centre de congrès le Majestic avec pour thème :  « Mont Blanc et UNESCO : construisons ensemble l’avenir du massif »  

Organisé par Mountain Wilderness France, WWF France, proMONT-BLANC et l’Espace Mont-Blanc.

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles – en français. Ouverture des portes à 19h30

Notre AG est ouverte à tous. Toutefois avant de venir pensez à nous envoyer un mot par mail ou SMS (voir page « contacts » du site) pour l’organisation. Merci

Et pour adhérer et nous soutenir, cliquez sur cette page.

A savoir : Avec le prélèvement à la source, les réductions d’impôt pour les dons versés en 2018 seront maintenues. Comment cela va-t-il fonctionner ? réponse ici.

26 mai 2018 Vélorution MONT-BLANC

La Vélorution en Haute-Savoie revient le samedi 26 mai 2018 avec 5 manifestations à vélo pour promouvoir une mobilité propre.

Les associations et collectifs du Réseau Air 74 s’unissent une nouvelle fois pour montrer qu’il est urgent de donner une place plus grande à la mobilité active dans nos déplacements quotidiens. La vallée de l’Arve et le bassin annécien sont souvent sujets au dépassement des valeurs limites de pollution de l’air. L’objectif de la vélorution est donc de proposer des alternatives aux modes de transports polluants.

AU MONT-BLANC

Pour la 6e Vélorution d’Inspire, nous avons choisi de mettre la lumière sur le plus gros point noir pour les déplacements à vélo localement: l’accès entre le pays du Mont-Blanc et Cluses. La nationale entre Magland et Cluses est un territoire hostile pour les vélos et piétons qui osent s’y aventurer. Pas une bande cyclable ou un trottoir en vue, et pourtant, il s’agit du seul itinéraire possible pour atteindre Cluses, puisqu’aucun chemin latéral n’existe, dans cette étroite partie de la vallée de l’Arve.

🔔 Rendez-vous à 10h30 à Cluses
> Place des Allobroges – départ à 11h à vélo
🚩 Retour à Cluses vers 12h30
> Place des Allobroges – à l’arrivée à Cluses, partageons un moment de convivialité:  animations, stands, food truck…
👕 Venez habillés en BLEU si possible

Lien : http://inspire74.com/infos/velorution-2018 

proMONT BLANC, qu’est-ce que c’est ? qui est-ce ?

PRO, ça booste, ça fait sérieux, ça fait professionnel.

 

 La première fois que j’ai entendu parler de proMONT-BLANC, j’étais à une réunion publique qui traitait du PIT, à Saint Gervais, en 2012.

 Le PIT signifie « plan intégré transfrontalier » de l’Espace Mont Blanc. Dans le cadre de la politique de développement durable, on traitait déjà du futur plan de gestion des régions qui se situent autour du Mont Blanc, en Italie, Suisse et France. Il y aurait le cœur intouchable, le massif du Mont Blanc en lui-même puis les vallées l’entourant avec ses activités économiques et les massifs qui lui font face plus ou moins laissés à l’appétit des promoteurs.

 Une personne m’a tout particulièrement intéressée, il s’agissait d’une dame avec un accent pas très savoyard (!) et des tournures de phrases qui laissaient à penser qu’elle maîtrisait plusieurs langues ! C’était et c’est toujours la présidente de proMONT-BLANC : Barbara EHRINGHAUS.

 Par la suite, j’ai participé à l’Assemblée générale et ai compris l’engagement à long terme des membres de cette association. Tous représentent soit une fédération sportive de montagne, soit une association de protection de la montagne ou ils peuvent aussi être universitaires, passionnés d’écologie.

 Tous ont le courage de venir de loin pour se réunir, qui, de Milan, de Paris, de Dijon, de Genève ou encore de Grenoble. …Et tous ont le même but : réaliser la protection internationale du Mont Blanc !

 Et ce, pour certains depuis vingt ans ! Depuis peu, une nouvelle garde arrive, toute fringante, pleine d’énergie, ce sont « les ambassadeurs », jeunes universitaires décidés à convaincre leur génération de l’urgence du sujet !

 Chapeau pour la ténacité et surtout, il est à souhaiter que leur pari qui est la pérennité de ce territoire soit bientôt réalité !

 

Raphaëlle L., nouveau membre de proMONT-BLANC

LE MONT-BLANC AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITÉ ? par Vincent Neirinck

Cela fait des décennies que l’on parle d’une inscription du massif du Mont-Blanc sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Lancée par les associations, l’idée a mis du temps à mûrir ; quand les états concernés étaient intéressés par la démarche —en 2000, la France inscrivait le massif sur sa liste indicative, inventaire des biens à inscrire in fine sur la liste du patrimoine mondial ; en 2008, c’était le tour de l’Italie―, les acteurs du territoires rechignaient, et inversement.

De l’eau a désormais coulée sous les ponts, les mentalités évoluent, l’environnement est devenu un sujet d’intérêt majeur —nationalement, les débats autour du Grenelle de l’environnement et de la COP 21 ont touché les esprits. Localement, la pollution de l’air est un problème de santé publique―, les temps sont désormais venus de marquer l’essai. Le conseil municipal de Chamonix a relancé l’action en janvier 2017 en adoptant à l’unanimité une motion demandant l’engagement de la procédure d’inscription du massif du Mont Blanc sur la liste du patrimoine naturel et culturel de l’UNESCO. Le 24 octobre dernier, la Conférence Transfrontalière Mont-Blanc (CTMB) —composée des collectivités territoriales des Savoie, de la Région Autonome de la Vallée d’Aoste et du Canton du Valais―, ainsi que des élus et représentants des trois états se sont réunis à Chamonix pour signer une déclaration d’intention les engageant sur le chemin de l’inscription du massif au patrimoine mondial et culturel de l’UNESCO.

Un chemin long, mais enthousiasmant et fédérateur, s’ouvre devant tous les acteurs du massif pour aboutir à cette reconnaissance des caractères naturel et culturel exceptionnels du Mont-Blanc.
Un comité de pilotage et des groupes de travail thématiques vont être très bientôt mis en place pour porter cette candidature. De nombreuses étapes sont programmées pour 2018, impliquant ces instances de la CTMB, des experts en sciences naturelles et culturelles mais aussi les habitants, les associations et les acteurs économiques incontournables de ce territoire tri-national.

En juin 2018, se tiendra à Chamonix le congrès « Substainable summits conference », consacré à l’avenir des hautes montagnes du monde. Une soirée de ces rencontres, intitulée « Mont Blanc et UNESCO : construisons ensemble l’avenir du massif » sera l’occasion de faire le point sur les enjeux et les modalités de cette inscription.

Retrouvez Vincent et Jean-Christophe sur http://8montblanc.fr/replay/acces-direct-du-mardi-13-fevrier-2018/  (l’interview démarre à peu près 7 mn après le début de l’émission)

L’UNESCO VU PAR LES CHAMONIARDS

2011

Le massif du Mont-Blanc au Patrimoine mondial de l’UNESCO Qu’en pensent les Chamoniards ?

Par Eric Lasserre,
délégué « Vallée de l’Arve » de Mountain Wilderness, administrateur de proMONT-BLANC

 

 

Après la demande en 2012 d’un classement de l’alpinisme au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, qui est une convention différente de celle du patrimoine mondial, la commune de Chamonix franchit en 2017 un nouveau pas et s’engage dans la démarche pour le classement du Mont-Blanc au patrimoine mondial naturel et culturel de l’Humanité.
Sans doute l’implication constante des associations, notamment proMONT-BLANC, toujours mobilisées depuis 20 ans pour ce classement, n’est pas étrangère à cette décision ?

 

Rapidement, Chamonix parvient à convaincre la Conférence transfrontalière Mont-Blanc et
obtient l’aval d’une « grande majorité » (à l’exception de Saint-Gervais) de communes des trois pays, ainsi que l’accord du département et de la région.
De la part du maire de Chamonix, il y a certainement une volonté de « redorer le blason » de sa vallée impactée par une pollution atmosphérique préoccupante. En effet, cette pollution de l’air, qui fait les gros titres de la presse nationale, pourrait à terme compromettre l’avenir touristique de nos vallées.
Eric Fournier voit sans doute dans cette nouvelle démarche une voie pour obtenir des contributions afin de mieux lutter contre cette pollution, limiter le trafic poids-lourds, aider à la rénovation énergétique des bâtiments, améliorer encore les transports publics, assurer un tourisme durable et de qualité à son territoire.

 

Comment les Chamoniards voient-ils cette candidature ?
Un classement à l’UNESCO attirerait-il encore plus de monde à Chamonix ? Peut-être les réservations hôtelières en haute saison, été comme hiver, passeraient-elles de 90 à 100 % ?
En plein été, dans une vallée de 13 000 habitants, ce sont aujourd’hui 100 000 personnes par jour qui fréquentent notre vallée et nos montagnes. On peut dire que le site est déjà au bord de la saturation. Le label UNESCO n’entraînera pas de différence sensible.
Le Mont-Blanc est aujourd’hui une montagne mythique dans le monde entier, le sommet lui-même est déjà victime d’une surfréquentation dommageable à son environnement…
On peut donc considérer que l’avantage économique d’un classement sera minime pour l’économie chamoniarde.
Par contre, le profil de nos visiteurs peut se trouver modifié. Nous recevrons encore plus de touristes attirés par la beauté et l’intérêt du territoire, visiteurs déjà habitués à fréquenter les sites UNESCO, motivés non seulement par l’ascension du mont Blanc mais aussi par la richesse historique et culturelle de la région.

 

L’intérêt essentiel du classement UNESCO ressenti par les populations locales, animées d’une forte conscience écologique, est l’obligation qui sera celle du territoire élu de se doter d’un plan de gestion et de protection internationale rigoureux. Elles y voient une assurance pour l’avenir contre les dégradations d’un équipement et d’une urbanisation excessifs ainsi que d’une surfréquentation délétère. Comme leur maire, elles espèrent, peut-être naïvement, que ce classement sera un argument pour limiter le trafic poids-lourds au travers du Mont-Blanc et pour obtenir des moyens pour faire baisser la pollution atmosphérique.
Donc les populations locales sont majoritairement favorables à ce classement UNESCO.

 

Patrimoine naturel. Le Mont-Blanc mérite-t-il un tel classement ?
Le site naturel a-t-il une valeur universelle exceptionnelle ? Il y a beaucoup d’autres très belles montagnes à travers le monde. L’UNESCO ne peut les classer toutes.
Mais le Mont-Blanc a ceci de particulier et d’exceptionnel, les Chamoniards en sont bien convaincus, qu’il offre la juxtaposition spectaculaire sur quelques km² d’un haut massif glaciaire à l’architecture parfaitement équilibrée et d’un jaillissement d’aiguilles de granit dominant la ville de Chamonix. Cette proximité entre les deux types de relief est tout à fait unique au monde. Ce noyau du massif est entouré de sommets secondaires prestigieux tous entourés de systèmes glaciaires dont l’altitude élevée assure la pérennité pour de très nombreuses années malgré le réchauffement climatique.

 

Sur le plan culturel, le massif et ses vallées sont un point phare en Europe et dans le monde depuis le XVIIIème siècle.
Des aventuriers, des artistes, des hommes de lettre, des scientifiques et surtout des alpinistes sont venus de tous horizons, pour gravir nos sommets et pour décrire les beautés de notre nature.
Dans cette belle histoire racontée par ces hommes, la perception même de la montagne a évolué, passant de « monts maudits » à « sommets merveilleux ».

 

Ainsi la vallée de Chamonix, célèbre pour abriter la plus vieille et la plus nombreuse compagnie des guides du monde, est-elle devenue le creuset de l’alpinisme, et elle l’est toujours aujourd’hui, terrain d’expérimentation de toutes les pratiques alpines les plus audacieuses.

 

Notre dossier de candidature doit prendre en considération les traces « physiques » que ces multiples activités ont laissé dans le massif. Depuis le patrimoine vernaculaire remontant à l’époque du Prieuré, jusqu’à l’architecture riche et diverse des grands hôtels chamoniards —y compris celui du Montenvers―,des anciens palaces aux établissements modernes, on assiste à cette évolution des modes d’hébergement pour accueillir le visiteur, un phénomène touristique dont on peut dire qu’il s’est inventé à Chamonix, puis à Courmayeur et à Orsières.

 

Il ne faut pas oublier non plus les équipements plus modernes, trains, téléphériques, refuges, tunnel sous le Mont-Blanc, qui témoignent de l’adaptation de l’homme à son environnement de montagne a priori peu fait pour l’accueillir.

 

Ce lieu à la beauté inégalée attire tout au long de l’année événements sportifs, festivals musicaux, congrès internationaux, rassemblements d’alpinistes, expositions artistiques, réunions littéraires et philosophiques, premières cinématographiques, qui assurent à la vallée un rayonnement international.
Nos vallées voisines du Valais et du Val d’Aoste ne sont pas exclues de ce mouvement.

 

Il nous semble que ce sont toutes ces marques dans le territoire que l’UNESCO pourra reconnaître au Patrimoine Mondial.

 

Comment l’UNESCO jugera-t-elle la procession de poids-lourds à l’assaut du Mont-Blanc ? Quel sera son diagnostic sur l’invasion estivale de la vallée par des dizaines de milliers de voitures et par le développement difficilement contrôlable d’une urbanisation envahissante ? Que pensera-t-elle de la surfréquentation du massif et des milliers de touristes sur les pentes du mont Blanc chaque semaine ?
Quelle appréciation portera-telle sur les industries polluantes de l’entrée de notre vallée ? Elle risque d’être sévère sur tous ces points, elle le sera sans doute moins sur la justification du classement au titre culturel qui est absolument incontestable.

 

La route est encore longue. Tous les acteurs, politiques, associatifs, institutionnels, à l’échelon local, départemental, régional et national, sur les trois pays, doivent travailler de concert pour apporter les bonnes réponses à toutes ces questions, pour engager dès aujourd’hui des actions concrètes de bonne gestion du territoire, sur lesquelles sera jugée notre habilitation à prétendre au classement du Mont-Blanc au Patrimoine mondial Naturel et Culturel de l’UNESCO. C’est notre vœu le plus cher.

 

A lire aussi sur le site de MW : LE MONT-BLANC AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITÉ ?

AG ARSMB 22 mars 2018

Ce message de l’ARSMB pour vous inviter cordialement à  leur Assemblée Générale du 22 mars 2018 à 19h30 salle du Bicentenaire à Chamonix.

« Comme vous le savez, c’est toujours un moment important et votre présence compte beaucoup car elle reflète l’intérêt que nos membres accordent à notre cause commune, elle nous encourage à persévérer et nous donne envie de nous battre pour tous!

Si vous souhaitez vous mettre à jour de votre cotisation vous pouvez le faire sur le site www.arsmb.org à l’onglet « rejoignez-nous » mais vous pourrez aussi le faire sur place.

Nous aimerions aussi vous solliciter pour faire partie du CA et pourquoi pas du Bureau de votre association. Chaque année nous sommes amenés à remplacer les membres démissionnaires et avons besoin de nouvelles idées de nouveaux bras et d’enthousiasme renouvelé.

 

Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc

Maison de la Montagne / Place de l’église

74 400 CHAMONIX Mont-Blanc

Tél : 06.10.51.80.53

Email : contact@arsmb.org

Site web : www.arsmb.org