Alexis Bally

Un homme plein de charme, discret, modeste et doux, droit dans ses chaussures de montagne ou ses chaussons d’escalade était un alpiniste et un sportif accompli. Amoureux de la nature, il l’appréciait et la respectait dans ses multiples pratiques: sur les rochers, la neige, l’eau (il même régaté aux JO de Mexico avant d’abandonner la voile pour le kayak et l’aviron !) et les airs (“ses skis d’été”, disait-il !).
Membre du Club alpin suisse pendant plus de 50 ans, dont il était membre de la Commission environnement, il était également élu communal dans le canton de Vaud, où il fut député une dizaine d’année.
Nous l’avons fréquenté au sein de proMONT-BLANC où, administrateur de ce collectif, il représentait le CAS de manière assidue pendant 12 ans. Mais aussi il poussait avec patience et obstination ses idées souvent originales, pleines d’un  bon sens bien suisse avec son accent vaudois caractéristique. Toujours calme, posé, la gentillesse même, il rejoignait les réunions systématiquement en mobilité douce, quitte à venir à vélo pour des trajets de plusieurs heures en pleine montagne si le lieu de la réunion était mal desservi. Et toujours avec un bout de matos laissé chez l’un ou chez l’autre pour aller grimper ou faire une sortie en rando le lendemain avec ses amis qu’il étonnait de ses capacités et sa manière d’être décontractée, allant jusqu’à jouer un air de flûte pour fêter la fin d’une ascension alors que d’autres auraient bu un bon coup (ceci n’empêchant pas cela d’ailleurs).

Alexis s’est éteint, en montagne, le 21 juin dernier comme il a vécu.

A ses funérailles hier nous avons appris qu’il s’est éteint lors de son pique-nique après une ballade en montagne. Il se trouvait assis sur un rocher en train de picorer son repas végétarien quand soudain il s’est effondré. Des skieurs aux alentours, l’ayant vu s’écrouler, se sont inquiétés et, s’étant portés à son secours n’ont rien pu faire sinon appeler la REGA (Secours en montagne suisse) qui, constatant son décès l’ont emporté en hélico.

J’emploierai ici une tournure qu’il n’aurait pas appréciée, mais tolérée avec son petit sourire : “Alexis, putain, merde !”

Hommages de ses amis à Alexis Paul Bailly